L’Histoire sans fin [Ciné/Critique]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L’Histoire sans fin [Ciné/Critique]

Message  JoelRobuchon le Mar 13 Juin 2006 - 14:51

L’Histoire sans fin


Tout a commencé dans ce topic, dans lequel nous voyons un très beau spécimen de Totoro de son nom scientifique Totorus Hybernatus Innocia . « Mais il n’a pas de culotte… » s’esclaffe André.


http://le-grand-escargot.forumactif.com/33381


Voilà qu’André a soulevé une interrogation tout droit sortie des limbes du mystère le plus cru. Comment font les totoros pour se reproduire. Voilà là mes enfants le mystère de la vie. The véritable question que l’on se pose frétillement, en contemplant le crâne de son aïeul dans le creux de sa main droite.

Vous l’avez remarqué, les totoros n’ont pas de sexe. Et pourtant, ils disposent de toute l’anatomie d’un mamifère. Une réflexion d’un intérêt prédominant s’impose. Pondent-ils des œufs ? Se reproduisent-ils par démultiplication cellulaire ?


Difficile à dire. Et pourtant nos chères créatures préférées sont là. Leur population stagne et ce, avec seulement 0,001 % de croissance par an selon les statistiques de l’INSEE. Mais ils n’habitent pas sur terre, dans un monde autre, extensible et foisonnant de merveilles. Seule notre Totorette habite sur Terre avec la lourde responsabilité d’ambassadrice entre ces deux mondes.



En fait, les Totorus Hybernatus Innocia de leur sage nom se reproduisent grâce à l’imagination sécrétée par les humains. Ne me demandez pas comment. Il se produit un phénomène sub-dimensionnel entre les enzymes des cellules du cerveau humain et les hormones des totoros. Plus les humains développent leur imagination, plus les totoros sont nombreux. Moins les Hommes imaginent, et c’est le peuple des totoros qui décroît.

Derrière ce problème très pragmatique, précisons que la société de consommation déployée à foison dans le monde au XXème siècle a développé une industrie du désir grâce à la publicité et aux outils marketings. Car rappelons-le, la société de consommation ne crée pas des besoins, elle crée des désirs insatiables. Platonique dilemme de l’humain, piégé entre sobriété de l’âme et excès Galiguléen.


Mais l’imagination des hommes devient de plus en plus formatée pour des raisons technologiques et économiques. En particulier à l’aube du XXIème siècle. Et la population des totoros ne se porte pas très bien.
Cela n’est pas sans rappeler L’Histoire sans fin ou Die unendliche Geschichte de Michael Ende, Frooshy, pourra vous en parler. C’est un roman fantastique classé « Littérature Jeunesse ». C’est un classique de la littérature Allemande, peu connu en France ou dans les pays à culture latine, le livre a fait un tabac monstre dans les pays nordiques. Si bien qu’une version cinématographique a été tournée en 1984 puis deux opus successivement en 1990 et 1994.



Quelle est l’Histoire ? Excusez ma légèreté d’esprit, j’avais oublié ce fameux sens protocolaire de l’énoncé. Depuis la mort de sa mère, les choses de la vie n’ont plus la même saveur pour Bastien, 10 ans de son état. Il se fait chamailler par ses camarades à l’Ecole, et en plus il s’emmerde grave dans la vie. Mais voilà qu’il entre dans une vieille librairie poussiéreuse et trouve un livre magique qui sera en quelque sorte l’exutoire de ses soucis de ce bas monde. Ce livre le transporte au pays de Fantasia, magnifique Royaume foisonnant, qui s’étend à l’infini. Le problème est que ce monde est menacé par le Néant, en effet, il est construit d’après l’imagination des Hommes qui décroît subitement. Seul Bastien pourra sauver ces terres majestueuses… mais il perdra son identité. Le jeune homme étant faillible, son âme sera corrompue par la soif de pouvoir.





Etonnement, le roman a été très apprécié par un public adulte. Une épopée qui n’a rien à envier au fameux Harry Potter de J.K Rowling. On y retrouve les mêmes ingrédients.

- La manipulation de symboles culturels occidentaux très forts (Les Sphinx, les énigmes, des Châteaux, l’Héroïsme, un monde très Héroïc Fantasy, épopée avec des personnages qui peuvent bouleverser le destin, mais qui sont en même temps confronté à ses implacables règles, réminiscence des épopées Grecques tragiques qui ont tant marqué la pensée occidentale qu’elle soit Latine ou Anglo-Saxone etc…)
- La possibilité d’imaginer un monde fantastique caché quelque part, à l’abri de nos problèmes pragmatiques. C’est une constante chez l’humain de vouloir s’évader . Du simple individu anonyme au Rimbaud créateur.
- Une menace imminente. Ainsi dans l’Histoire sans fin, on retrouve cette fameuse phobie du néant, si répandue chez nous.
- Le problème de l’identité. J.K Rowling aborde très clairement cette question en faisant évoluer ses personnages d’année en année. Bastien quant à lui, perd son identité et devient faillible comme tous les Hommes. Il y a comme un air de tragédie Grecque là encore, doublée d’une morale sur l’innocence de l’âme.




Lors de la sortie de la première version cinématographique, Michael Ende a refusé que son nom apparaisse au générique, déçu par le résultat. Certes, des détails du livre ont été modifiés pour que la sauce devienne plus Holywoodienne.

Basiten par exemple est décrit dans le livre de Ende comme un enfant « timide, gros, pas très beau, complexé et intellectuel ». Dans le film, il est loin d’être physiquement imparfait comme le décrit le roman. Toute la portée fédératrice du roman en est altérée. Ceci dit, pour avoir vu le film pendant mon enfance, je n’éprouve aucune peine à me remémorer de scènes magnifiques qui sont encore restées gravées dans mon âme. Au même niveau que les scènes des Chef d’œuvres de Sergio Leone et de Felini…
avatar
JoelRobuchon
Ségolène Reinale
Ségolène Reinale

Nombre de messages : 6908
Date d'inscription : 12/05/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Histoire sans fin [Ciné/Critique]

Message  hiddenplace le Mar 13 Juin 2006 - 14:59

(Joli, mon cher Joel!!!! biz_fleur )


A l'instar de ce cher JM Barrie: "si tu crois aux totoros, frappe dans tes mains!!!"

clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap
avatar
hiddenplace
A l'ombre d'une grande feuille de bananier
A l'ombre d'une grande feuille de bananier

Nombre de messages : 7666
Date d'inscription : 12/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur http://www.kriblogs.com/hiddenplace

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Histoire sans fin [Ciné/Critique]

Message  nazgul666 le Mar 13 Juin 2006 - 15:24

J'aime bien cette idée des Totoros liés à l'imaginaire des humains. C'est un peu comme les fées. Ne plus croire aux fées les fait disparaître, je ne sais plus dans que livre on parle justement de la disparition des fées.
Le fantastique semble toujours, de prime abord, disparaître au profit de la raison et de la méchanisation. Aujourd'hui l'homme a été complètement dépassé par sa créature, c'est pour ça que le fantastique revient au premier plan aujourd'hui, comme une volonté de retrouver quelque chose qui a été perdu.

Mais je m'éloigne du sujet. Tiens faut que j'écrive un truc sur la disparition des elfes. Un des ces jours.

Je ne connais pas le livre original dont est tiré l'Histoire Sans Fin mais le film est quand même une très belle réussite. Falkor le chien/dragon volant. Les Marécages de la Mélancolie. L'affreux Néant qui ravage le monde. C'est fort, c'est puissant, ça a marqué mon enfance. Du coup j'ai envie de l'emprunter à mon frère qui a acheté le DVD.

_________________
Aujourd'hui on préfère une uniforme laideur à une beauté anarchique.
The masses are asses
Rêve américain, cauchemar indien, pogo avec les loups!
Signé
avatar
nazgul666
Gentleman pervers
Gentleman pervers

Nombre de messages : 18975
Age : 39
Date d'inscription : 13/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Histoire sans fin [Ciné/Critique]

Message  JoelRobuchon le Mar 13 Juin 2006 - 15:55

nazgul666 a écrit:
Falkor le chien/dragon volant. Les Marécages de la Mélancolie. L'affreux Néant qui ravage le monde. C'est fort, c'est puissant, ça a marqué mon enfance.

Tiens ça me fait penser, Naz, que chaque lieu que fréquentent les personnages sont liés à une caractéristique particulière du psychisme. La trame du roman étant quand même sacrément symbolique. (Oui, là je révise mes cours de psychosociologie) study

Encore une preuve qui démontre la très grande force libératrice des contes pour enfants. thumleft

...On dit que les adultes ne s'intéressent plus à ce genre de billevesées simplement parce qu'il sont plus matûres que les enfants. Est-ce bien là la cause du problème? N'avons-nous pas perdu au courant de l'âge de la raison cet étonnement du monde environnant qui caractérise si bien l'enfance, et que seuls les grands génies comme De Vinci ont su sauvegarder. Pendant, que leurs congénères d'âge mature se morfondaient dans un p'tit confort faussement cognitif à toute épreuve...

study Euh oui je retourne réviser.
avatar
JoelRobuchon
Ségolène Reinale
Ségolène Reinale

Nombre de messages : 6908
Date d'inscription : 12/05/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Histoire sans fin [Ciné/Critique]

Message  hiddenplace le Mar 13 Juin 2006 - 16:05

nazgul666 a écrit:J'aime bien cette idée des Totoros liés à l'imaginaire des humains. C'est un peu comme les fées. Ne plus croire aux fées les fait disparaître, je ne sais plus dans que livre on parle justement de la disparition des fées.

eh ben c'est justement dans Peter Pan de JM Barrie! Wink
avatar
hiddenplace
A l'ombre d'une grande feuille de bananier
A l'ombre d'une grande feuille de bananier

Nombre de messages : 7666
Date d'inscription : 12/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur http://www.kriblogs.com/hiddenplace

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Histoire sans fin [Ciné/Critique]

Message  nazgul666 le Mer 14 Juin 2006 - 12:31

hiddenplace a écrit:
nazgul666 a écrit:J'aime bien cette idée des Totoros liés à l'imaginaire des humains. C'est un peu comme les fées. Ne plus croire aux fées les fait disparaître, je ne sais plus dans que livre on parle justement de la disparition des fées.

eh ben c'est justement dans Peter Pan de JM Barrie! Wink

Ah ben ptet je ne l'ai pas lu (oui honte à moi) donc j'en ai entendu parler.

Vive les contes pour enfants (et à mort la littérature de jeunesse).

_________________
Aujourd'hui on préfère une uniforme laideur à une beauté anarchique.
The masses are asses
Rêve américain, cauchemar indien, pogo avec les loups!
Signé
avatar
nazgul666
Gentleman pervers
Gentleman pervers

Nombre de messages : 18975
Age : 39
Date d'inscription : 13/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Histoire sans fin [Ciné/Critique]

Message  frooschy le Lun 19 Juin 2006 - 0:00

JoelRobuchon a écrit:Cela n’est pas sans rappeler L’Histoire sans fin ou Die unendliche Geschichte de Michael Ende, Frooshy, pourra vous en parler. C’est un roman fantastique classé « Littérature Jeunesse ».
ouiiii !! c'est trop bien Die unendliche Geschichte...
enfin, je ne sais pas si je pourrais en dire plus que Joel... ça doit faire 6 ou 7 ans que je l'ai lu en fait.... j'ai un peu tout oublié... (ah, une idée de lecture pour cet été - euh finalement non, j’en aurai assez comme ça, je crois).
finalement j’ai quand même quelques restes...
je me souviens qu'il y a deux parties bien distinctes....
la première c'est plus ou moins ce qu'il y a dans le film, mais la deuxième concerne le cheminement du personnage, Bastien qui doit se retrouver... une sorte d'initiation....

Et pour le livre en lui-même..... je dis chapeau pour l’idée (probablement de l’auteur) et à l'éditeur pour avoir réussi à concrétiser cela ! parce que c’est vraiment bien fichu !
normalement, les caractères ne sont pas imprimés en noir, mais en deux couleurs... le rouge- pour le monde réel, et du vert-bleu pour le monde imaginaire....
y'a 26 chapitres, commençant par une lettre de l’alphabet (et dans l’ordre, s’il vous plaît !!)
En plus, si je me souviens bien, il y a des frises en haut (et en bas) dans pages.

Le livre est trop beau, trop agréable à lire, à toucher, à regarder (et je suis sûre qu’il sent bon aussi !!). (de toute façon, les éditions allemandes sont en général très agréables)

donc je ne pourrai que conseiller de lire le livre !! il est trop trop bien !!

study

_________________
Hamm (avec angoisse). - Mais qu'est-ce qui se passe, qu'est-ce qui se passe ?
Clov - Quelque chose suit son cours.


Me | Good music | Photos on Flickr
avatar
frooschy
Celle qui murmurait à l'oreille des escargots
Celle qui murmurait à l'oreille des escargots

Nombre de messages : 8282
Age : 110
Date d'inscription : 14/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur http://www.flickr.com/photos/29895895@N00/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Histoire sans fin [Ciné/Critique]

Message  nazgul666 le Mer 27 Sep 2006 - 12:07

Je n'ai toujours pas lu le livre.

Mais par contre quand j'étais à Munich j'ai été visité les studios Bavaria. Où a été tourné l'Histoire Sans Fin, j'ai donc pu voir Falkor en vrai, et le Mangeur de Pierres.

Du coup ça m'a donné envie de revoir le film. J'ai emprunté l'Histoire Sans Fin et sa suite à mon frère. Il ne me reste plus qu'à les regarder priere

_________________
Aujourd'hui on préfère une uniforme laideur à une beauté anarchique.
The masses are asses
Rêve américain, cauchemar indien, pogo avec les loups!
Signé
avatar
nazgul666
Gentleman pervers
Gentleman pervers

Nombre de messages : 18975
Age : 39
Date d'inscription : 13/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Histoire sans fin [Ciné/Critique]

Message  nazgul666 le Mar 31 Oct 2006 - 13:08

Falkor au Musée Bavaria de Berlin


Plus d'un mois après avoir emprunté les DVD à mon frère, j'ai honteusement profité d'une absence de ma copine pour me livrer à des exactions cinématographiques en regardant L'Histoire Sans Fin suivi par L'Histoire Sans Fin II, l'un à la suite de l'autre!

Le premier est très bon avec un Bastien, fan de lecture et constamment emmerdé par les petits cons de son époque (yaurait eu Sarko, il les aurait foutu en taule!). Bref je m'identifie parfaitement à ce petit garçon, enfin je m'identifiais plutôt.
Le film est magnifique, les décors superbes. Il y a quelques moments vraiment tragiques et tristes (notamment Artax dans le Marécage de la Mélancolie, the Dead Swamps of Sadness). Heureusement tout se finit bien!

Par contre quelle purge que le deux. Il y a une méchante dans la droite ligne des Reines Maléfiques. Le héros qui a grandi est complètement nul et la relation avec la mère disparue est exacerbée...

Bref regardez le premier, mais oubliez le deuxième!!

_________________
Aujourd'hui on préfère une uniforme laideur à une beauté anarchique.
The masses are asses
Rêve américain, cauchemar indien, pogo avec les loups!
Signé
avatar
nazgul666
Gentleman pervers
Gentleman pervers

Nombre de messages : 18975
Age : 39
Date d'inscription : 13/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Histoire sans fin [Ciné/Critique]

Message  frooschy le Mar 31 Oct 2006 - 13:14

nazgul666 a écrit:Falkor au Musée Bavaria de Berlin

c'était pas à Munich ? scratch

_________________
Hamm (avec angoisse). - Mais qu'est-ce qui se passe, qu'est-ce qui se passe ?
Clov - Quelque chose suit son cours.


Me | Good music | Photos on Flickr
avatar
frooschy
Celle qui murmurait à l'oreille des escargots
Celle qui murmurait à l'oreille des escargots

Nombre de messages : 8282
Age : 110
Date d'inscription : 14/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur http://www.flickr.com/photos/29895895@N00/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Histoire sans fin [Ciné/Critique]

Message  JoelRobuchon le Mar 31 Oct 2006 - 14:52

C'est tout à fait le sentiment que j'ai eu en regardant les adaptations ciné. Je dirais pareil que Naz, si vous voulez goûter à l'Histoire sans fin, regardez absolument le premier, qui n'a rien à envier à Harry Potter et au Seigneur des anneaux. Very Happy
avatar
JoelRobuchon
Ségolène Reinale
Ségolène Reinale

Nombre de messages : 6908
Date d'inscription : 12/05/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Histoire sans fin [Ciné/Critique]

Message  nazgul666 le Mar 31 Oct 2006 - 14:59

frooschy a écrit:c'était pas à Munich ? scratch

Oui bien sûr à Munich. Me suis planté. Encore pas trop réveillé ce matin le naz

JoelRobuchon a écrit:C'est tout à fait le sentiment que j'ai eu en regardant les adaptations ciné. Je dirais pareil que Naz, si vous voulez goûter à l'Histoire sans fin, regardez absolument le premier, qui n'a rien à envier à Harry Potter et au Seigneur des anneaux. Very Happy
Je ne connais pas HP, mais le Seigneur des Anneaux a quand même un autre background que L'Histoire Sans Fin et est sans doute moins axé enfant.

_________________
Aujourd'hui on préfère une uniforme laideur à une beauté anarchique.
The masses are asses
Rêve américain, cauchemar indien, pogo avec les loups!
Signé
avatar
nazgul666
Gentleman pervers
Gentleman pervers

Nombre de messages : 18975
Age : 39
Date d'inscription : 13/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Histoire sans fin [Ciné/Critique]

Message  frooschy le Mar 31 Oct 2006 - 15:26

JoelRobuchon a écrit:C'est tout à fait le sentiment que j'ai eu en regardant les adaptations ciné. Je dirais pareil que Naz, si vous voulez goûter à l'Histoire sans fin, regardez absolument le premier, qui n'a rien à envier à Harry Potter et au Seigneur des anneaux. Very Happy
le mieux, c'est encore de lire le livre....... Twisted Evil

_________________
Hamm (avec angoisse). - Mais qu'est-ce qui se passe, qu'est-ce qui se passe ?
Clov - Quelque chose suit son cours.


Me | Good music | Photos on Flickr
avatar
frooschy
Celle qui murmurait à l'oreille des escargots
Celle qui murmurait à l'oreille des escargots

Nombre de messages : 8282
Age : 110
Date d'inscription : 14/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur http://www.flickr.com/photos/29895895@N00/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Histoire sans fin [Ciné/Critique]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum