Les Paul People.

Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Paul People.

Message  bouly le Dim 18 Sep 2005 - 16:19



Clapton lui a donné ses lettres de noblesse, Frampton l’a fait parler, Page l’a violée sans vergogne, Steve Jones l’a fichée d’épingles à nourrice et Fripp l’a téléportée dans une autre galaxie.

Créée en 1952, la première solidbody de Gibson baptisée Les Paul est fabriquée jusqu’en 1961. Elle disparaît progressivement des échoppes faute de succès, avant de connaître un regain de popularité grâce au blues boom anglais du milieu des 60’s, explosion musicale dont le chef de file est un certain Eric Clapton, God pour les intimes. A partir de là, la Les Paul devient l’instrument fétiche de plusieurs générations de guitaristes qui lui offrent un fabuleux âge d’or durant les 70’s. Qui se cache derrière le peuple Les Paul ? Quels sont les styles au sein desquels la Les Paul a fait des merveilles ? Quels sont les plus grands albums enregistrés sur une Les Paul ?

Blues Fan.

Curieusement très peu de mains noires semblent attirées pas la Les Paul. Question de look ? De forme ? De son ? De poids ? Allez savoir… Freddie King l’utilise très rarement, Hubert Sumlin, ponctuellement, quant à Jimi Hendrix, il s’amuse à caresser celle de Keith Richards backstage au Madison Square Garden en 1969, mais c’est à peu près tout. Pour l’enfant voodoo, rien ne vaut une bonne vieille Strato, sinon, quitte à slalomer sur l’échiquier Gibson autant prendre la diagonale du fou et s’accrocher un Flying V autour du cou .

Pourtant, bluesmen et rockers noirs sont souvent des inconditionnels de la marque Gibson et, de B.B King à Chuck Berry, la firme peut se flatter d’avoir des ambassadeurs mythiques et prestigieux. Mais la Les Paul ne paraît pas convenir aux géants noirs. Une exception mérite cependant d’être signalée, celle de Bob Marley qui a toujours composé et joué ses hymnes reggae sur la Les Paul. En revanche les fameux « british blues boomers », ces guitaristes anglais, blancs comme du papier mâché, en font une consommation boulimique et effrénée dès le milieu des 60’s. Au premier rang de ces inconditionnels des douze mesures ancestrales adoptées goulûment et adaptées génialement sur une grosse Les Paul bien pesante et bien pensante, il convient de citer Peter Green, qui fait de véritables miracles au sein des Blues Breakers de Mayall où il succède à Eric Clapton, puis de Fleetwood Mac. Indissociable de sa célèbre Les Paul Standard sunburst de 59 dont il a inversé le micro aigu, Peter Green grave inlassablement et tant que sa santé mentale l’y autorise, les versets sataniques d’un blues cradingue, obscène et boueux, fasciné par les destins diaboliques et la musique hypnotique de Robert Johson, J.B Lenoir, Elmore James, Otis Rush et Freddie King. Durant la sacro-sainte période Blues Breakers-Fleetwood Mac, Green nous offre une leçon magistrale.
Mais c’est au cœur de cette véritable institution du blues anglais nommée Fleetwood Mac que Peter Green, épaulé notamment par Jeremy Spencer, puis Danny Kirwan, transpose quand il ne compose pas, des standards écorchés vifs, à tout jamais gravés dans la mémoire collective.

Quand à cette légendaire Les Paul sunburst 59 au micro manche inversé, Peter l’a échangée à Gary Moore au début des 70’s contre une SG Special. Erreur fatale ? En tout cas Gary Moore est, lui aussi un représentant forcené du peuple Les Paul. Des dérapages incontrôlés de Skid Row aux débordements organisés de Thin Lizzy, en passant par son insupportable période hardisante jusqu’au grand retour aux sources du blues de ces dernières années (dont de multiples hommages à Greeny), Gary Moore, excellent technicien un tantinet cabotin qu’on aimerait bien entendre transpirer davantage, a toujours utilisé majoritairement des Les Paul.

Autre grand british blues boomers, fan de Les Paul, Stan Webb qui avec Chicken Shack, groupe du label Blue Horizon produit par Mike Vernon tout comme Fleetwood Mac, contribue considérablement à l’élaboration d’un blues raffiné, savamment emballé et soigneusement pesé, juteux à souhait ( la guitare mais aussi la section cuivres). Disciple de Freddie King, Lowell Fulson, John Lee Hooker et Howlin’ Wolf dont il perpétue les idiomes, Stan Webb s’avère être un excellent compositeur et sa Les Paul n’a plus qu’à exécuter ce que son cerveau illuminé lui commande.

Parmi les grands utilisateurs de Les Paul au service du blues, comment ne pas évoquer Eric Clapton, qui même si son image est irrémédiablement associée à une Stratocaster nommé Blackie, a joué sur un paquet de Les Paul au cours de sa carrière ( dont une superbe rouge qu’il a offerte à Harrison, après avoir gravé le solo de While My Guitar Gently Weeps) et, surtout, a considérablement contribué à populariser cet instrument, en l’utilisant massivement au moment du blues boom. On peut voit et entendre Clapton à la Les Paul avec les Blues Breakers (de juin 65 à avril 66 dont l’intégralité des sessions du légendaire premier album), avec Cream (juillet à décembre 66, sur tout « Fresh Cream »), avant de passer à sa SG peinturlurée psychée par The Fool. Puis, on retrouve Dieu avec une Les Paul lors du live Peace In Toronto avec le Plastic Ono Band de Lennon en 69.

Quand à Mick Taylor, il ne joue pratiquement que sur Les Paul durant ses années d’apprentissage, touché par la grâce, avec les Blues Breakers. Vous voulez entendre une Les Paul téléportée aux confins du blues blanc et slidant sous la voie lactée ? Ecoutez «Bare Wires » et « Blues From Laurel Canyon » en boucle ! Enfin, deux bluesmen blancs, américains, ont régulièrement gravé des pièces d’anthologie sur Les Paul : Harvey Mandel et Mike Bloomfield.
To be continued…

Prochain épisode : Heavy Kids
Avec notamment Jimmy Page, Jeff Beck, Leslie West, Paul Kossof...
avatar
bouly
Rêveuse du Dévonien
Rêveuse du Dévonien

Nombre de messages : 2869
Age : 38
Date d'inscription : 15/06/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Paul People.

Message  André le Dim 18 Sep 2005 - 17:26

Remarquablement interressant Bouly, tu parles même de Chiken Shack ça fait plaisir. Vas-y fait nous la suite.
avatar
André
Melmacien
Melmacien

Nombre de messages : 18450
Age : 559
Date d'inscription : 10/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur http://le-grand-escargot.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Paul People.

Message  bouly le Dim 18 Sep 2005 - 18:23

J'ai la suite mais j'ai peur que ça fasse un peu lourd pour une première. clap

Merci.
avatar
bouly
Rêveuse du Dévonien
Rêveuse du Dévonien

Nombre de messages : 2869
Age : 38
Date d'inscription : 15/06/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Paul People.

Message  bouly le Lun 19 Sep 2005 - 18:29

Heavy Kids

L’incarnation de la Les Paul sur l’autel de la « chapelle hardante », c’est bien sûr Jimmy Page qui, tout comme Peter Green, utilise essentiellement une Standard de 59, instrument qu’il ne quitte pratiquement plus (à l’exception de sa SG double manche 6/12 cordes).
Nous sommes à la fin des 60’s et, à l’instar de Clapton période Cream, Page transpose ce qu’il y a de plus brutal dans le blues urbain pour le transformer en hard rock cinglant à grands renforts de riff dévastateurs et de décibels en fusion. Les intros de Whole Lotta Love, Immigrant Song ou Black Dog en constituent les meilleurs exemples. Le break d’Heartbreaker propose quant à lui, la quintessence d’un style guitaristique époustouflant, concassant le son avant de se lancer dans des solos obsessionnels. Bref Page est à la Les Paul ce que la Telecaster est à Keith Richards : un prolongement sonore de l’âme.

Durant cette même époque, deux autres guitar heroes s’adonnent immodérément aux joies de la Les Paul. D’abord Jeff Beck, qui apprécie la lourdeur et le grain d’un son sauvage qu’il catalyse en ayant recours à la technique du feedback. Que ce soit au sein de son Jeff Beck Group heavy blues ou lors de ses tentatives fusionnelles jazz-rock (Blow By Blow), Beck a toujours une Les Paul à portée de main, même si sa guitare de référence demeure la Strato. Egalement adepte de la Les Paul, Leslie West qui, à l’image de son imposant physique, ne fait fait ni dans la dentelle, ni dans la layette pour fillettes. Spécialiste du solo à rallonge et des avalanches de notes stridentes et diluviennes, Leslie West grave, lui aussi la grammaire du hard, avec son groupe Mountain ou encore en trio, West Bruce & Laing, dont l’album « Why Dontcha » vaut toutes les démonstrations. Heavy rock kid par excellence, Paul Kossoff était un des plus grands inconditionnels de la marque Gibson en général et du modèle Les Paul en particulier. Son jeu minimal et brut de décoffrage, ses rythmiques stoniennes en diable et ses solos lourds comme du plomb ont fait de Free un groupe majeur dans la scène hardisante des 70’s. Dans le même registre Peter Frampton donne dans le heavy rock au sein de Humble Pie, avant d’être pionnier de la fameuse talk-box. C’est bien évidemment au fil du célébrissime double album « Come Alive » que Frampton branche sa talk-box sur sa Les Paul et casse la baraque avec des soli aériens d’anthologie.

Enfin, pour en finir avec la « vieille garde », Pete Townshend mérite sa place. Certes ce n’est pas un « hardos » au sens propore et on l’a vu utiliser toutes sortes de grattes (Ricken, Gretsch, Strato, SG, etc.), mais durant les années 69-78, Pete ne quitte plus son impressionnante collection de Les Paul dont chaque modèle possède un gros numéro autocollé, en effet, il y a celles que Pete s’autorise à détruire live selon son vieux rituel, et celles qui auront la vie sauve pour les prochains concerts. De plus si les Who ne sont pas un groupe hard comme Led Zep ou Deep Purple, les parties de guitare générées par Townshend sur scène sont souvent des viols sonores, propulsés par d’enivrants moulinets et ponctués de sauts psychotiques.

Côtés disciple des « anciens », la « nouvelle garde » n’est pas en reste de Les Paul. En premier lieu, Joe Perry fait figure d’élève surdoué dès le début des 70’s avec Aerosmith. De « Make It » à « Rocks », le toxin twin riff sans relâche alternant rythmiques en boucle et soli incandescents pour atteindre le paroxysme de la démesure avec « Toys In The Atticc ». Au rayon Les Paul au gros son, on trouve également les pitres maquillés de Kiss, Ace Frehley en tête, Steve Clark de Deff Leppard, ou encore Stone Gossard dont les interventions guitaristiques au sein de Pearl Jam ont régénéré l’esprit d’un rock brutiste et sans concession, sans oublier l’inénarrable Slash dont l’œuvre maîtresse et complètement déglinguée fut gravée en compagnie des Gunners.

To be continued...

prochain épisode :
Souther Men : avec Duane Allman, Dicky Betts, Gary Rossington, John Fogerty, Billy Gibbons...
avatar
bouly
Rêveuse du Dévonien
Rêveuse du Dévonien

Nombre de messages : 2869
Age : 38
Date d'inscription : 15/06/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Paul People.

Message  Cirse le Lun 19 Sep 2005 - 18:39

bouly a écrit:

Clapton lui a donné ses lettres de noblesse, Frampton l’a fait parler, Page l’a violée sans vergogne, Steve Jones l’a fichée d’épingles à nourrice et Fripp l’a téléportée dans une autre galaxie.

Parmi les grands utilisateurs de Les Paul au service du blues, comment ne pas évoquer Eric Clapton, qui même si son image est irrémédiablement associée à une Stratocaster nommé Blackie, a joué sur un paquet de Les Paul au cours de sa carrière ( dont une superbe rouge qu’il a offerte à Harrison, après avoir gravé le solo de While My Guitar Gently Weeps) ...

Jolie guitare , jolie chronique - L'anecdote ci-dessus a failli coûter toute la collection discographique de DD en des temps à peine reculés clap Laughing
avatar
Cirse
Lourd son
Lourd son

Nombre de messages : 11880
Date d'inscription : 11/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur http://le-grand-escargot.com/cirse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Paul People.

Message  bouly le Lun 19 Sep 2005 - 20:54

Cette photo représente la fameuse Les Paul de Peter Green.
avatar
bouly
Rêveuse du Dévonien
Rêveuse du Dévonien

Nombre de messages : 2869
Age : 38
Date d'inscription : 15/06/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Paul People.

Message  bouly le Mer 21 Sep 2005 - 0:05

Parmi les grands courant musicaux des 70’s, celui labellisé à tort ou à raison « rock du sud » a vu, lui aussi, une pluie de Les Paul s’abattre sans vergogne sur une formule musicale vaste et variée allant du rock californien au blues-rock pur et dur, en passant par le country-rock, le folk-rock, etc. Figure de proue de cette musique festive et généreuse, Duane Allman est un des plus grands guitaristes du genre. En 1969, Duane et son frère Gregg fondent les Allman Brothers Band avec le guitariste Dickey Betts (autre grand amateur de Les Paul), se lançant « accords perdus » dans une grande aventure musicale caractérisée par le jeu fluide et percutant de Duane, comme en témoigne particulièrement l’album « Live At Fillmore East » de 1971, mais pour tous ceux qui veulent écouter Duane Allman au sommet de son art et, par la même occasion, faire une bonne fois pour toutes la distinction probante entre le son d’une Strat et celui d’une Les Paul, écoutez « Layla » de Derek & The Dominos. En effet, cette galette vénéneuse propose Clapton à la strat d’un coté et Duane à la Les Paul de l’autre. Plus radical, plus sauvage, Gary Rossington du groupe maudit Lynyrd Skynyrd (les hits « Sweet Home Alabama », « Simple Man » « Free Bird » dédié à Duane Allman) a essentiellement utilisé une Les Paul, révélant un style concis, sec et d’une rare efficacité.
Autre Sudiste indécrottable, le violoniste guitariste Charlie Daniels, rythmicien averti n’hésitant pas à s’avanturer sur des territoires groovies et soliste imprévisible qui, lorqu’il est en grande forme, produit sur sa Les Paul des notes surnaturelles.

Côté californien, cette fois, lorsque Don Felder, puis Joe Walsh prennent leur envol chez les Eagles, ils arrivent bardés de Les Paul, durcissant le son du groupe élaborant une formule guitaristique (avec Don slidant régulièrement) sans cesse évolutive dont le moment clé est naturellement le fameux album « Hotel California ».

John Fogerty est une cas résolument à part. Songwritter confinant au génie et guitariste complet, l’âme de Creedence Clearwater Revival, à la force de tremper son jack dans les eaux boueuses du Bayou, a volontairement fait l’impasse sur les délires psyché californiens, pour exceller dans un swamp rock somptueux à base de mélodies imparables et d’accords parfaits. Résultat, Fogerty peut se flatter d’avoir composé un incroyable songbook sur sa Les Paul, citons Proud Mary, Born On The Bayou, Bad Moon Rising, Down On The Corner, Run Through The Jungle, Fortunate Son… pour se remettre dans le bain de jouvence.

Et pour en finir avec le gros son du Sud, quoi de plus monstrueux que Billy Gibbons et sa légendaire Les Paul Standard en bandoulière. Dérouillant un boogie chauffé à blanc avec une dextérité hors du commun ayant fait l’admiration de Hendrix au point de se faire offrir une Strat rose, Billy Gibbons a hissé le rock texan sur le devant de la scène mondiale avec son power trio démoniaque ZZ Top. Capable de faire feu de tout bois, alternant rythmique, riffs et solos à la vitesse du son, et pouvant passer en une fraction de seconde de la bestialité le plus débridée à une douceur voluptueuse gorgée de feeling, Gibbons demeure un des plus grands guitaristes actuels.

J’aurais pu parler de beaucoup d’autres grands guitaristes mais il faut savoir faire des choix, mais en voici quelques autres :
Robert Fripp, Steve Hackett, Neil Young, Drew Abbott, Dick Wagner (Lou Reed, Alice Cooper), Rich Robinson (Black Crowes), Sam Andrew (Janis Joplin), Norman Blake (Teenage FanClub), Joey Santiago (Pixies), J.Honeyman Scott (Pretenders), Marc Bolan (T-Rex)...
avatar
bouly
Rêveuse du Dévonien
Rêveuse du Dévonien

Nombre de messages : 2869
Age : 38
Date d'inscription : 15/06/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Paul People.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum