Le Repère du ver blanc [Bram Stocker]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Repère du ver blanc [Bram Stocker]

Message  Vét le Mer 3 Aoû 2005 - 19:10

Le repaire du ver blanc de Bram Stocker
Je prendrais bien un p’tit verre de rouge après





Bram Stocker un nom qui fait peur, Dracula ! La Transylvanie, Le vampire éméché tout ça c’est Bram Stocker. Pourtant si j’ai pris ce livre, ce n’est pas vraiment à cause de lui, mais de Diablo II. En effet le second big boss qu’on affronte est un gigantesque ver blanc, alors des vers blancs légendaires, je me suis dit, ça rampe pas les rues. Et comme ça je saurais comment le tuer, car cette saloperie elle se prenait des éclairs par dizaine sans broncher !

Alors l’histoire c’est un jeune Australien qui vient voir son grand-oncle, parce qu’il le dernier descendant de la famille, et qu’il veut lui filer tout son fric. Et en plus comme l’Australien c’est un spécialiste du folklore britannique, le vieux s’est dit que cette histoire de ver blanc l’intéresserait.
Puis les méchants arrivent, l’Australien tombe amoureux, les méchants sont sacrément méchants, et les gentils foutent la raclée au monstre. Je ne veux pas être aussi horrible que ces méchants, mais comme premier Bram Stocker que je lis, j’ai trouvé ça plus nanardesque qu’horrifique.


L’édition de "Terre de Brume" précise par ailleurs que les précédentes éditions étaient incomplètes, et franchement les types qui ont lu ça ont du se demander ce qui se passait. En plus de ça y a quelques illustrations, hum, c’est du niveau du roman quoi . Je ne pensais pas que dans les romans d’horreur, dessiner le monstre comme un Barbapapa était efficace.


Pour préciser deux trois trucs, qui semble montrer que Bram a écrit ça au fur et à mesure. Le passage du temps, j’ai jamais lu un truc plus incohérent. Un moment on nous parle d’une histoire d’oiseaux qui hésitent à venir ou à partir, des tentatives pour mettre un épouvantail volant, des répercutions sur les populations et plus tard on apprend qu’à peine quelques jours se sont passés depuis l’arrivée du héros.

Le héros d’ailleurs il se pointe, il connaissait aucunement son grand-oncle. Il lui file tout son fric mais à aucun moment l’auteur laisse supposer la moindre attention vénale. Y a une charmante femme qui veut épouser le seigneur local pour rembourser ses dettes, et c’est à peine si on la traite pas de pute. Y aussi un serviteur noir (je précise parce qu’il a tout ce qui va avec, parler petit nègre, vaudou, et tous les stéréotypes possibles.)
Quant aux gentils ils sont super sympas, d’ailleurs ils passent tellement de temps à s’auto-congratuler qu’on finirait par croire que ça va finir en partouze générale.

Pour les méchants y a un seigneur cruel. Par exemple un serviteur qu’il n'avait jamais vu meurt quand il allait révéler le pot aux roses genre : Le trésor est dans le château de Arrrrrrggggggg…. Pouf, crise cardiaque. Et il plus déçut de ne pas avoir de réponse que de la mort du grabataire, ce qu’il est méchant !


Et quant est-il du ver blanc ? C’est une bonne question, il ne fait rien de bien méchant, il vie sa vie tranquillement sans gêner personne. Y a juste les gentils qui se monte la tête avec les légendes locales et se persuade qu’il existe (et les gentils ont toujours raison) donc ils vont le buter. Je vais pas tout raconter, mais disons que face à l’illogisme du comportement du monstre j’ai jusqu’au bout espéré apprendre qu’en fait les gentils avaient mangé des champignons hallucinogènes.

Il y a pas que le monstre qui fait n’importe quoi, tous les personnages agissent souvent n’importe comment, la lady pour séduire le chatelin l’amène chez sa rivale ? Ok… Le chatelin se moque éperdument qu’on veuille tué son serviteur ramené d’Afrique ? Ok… Le neveu et le grand-oncle se sont jamais vu, et au bout de quelques pages ils décident de se considéré comme père et fils ? Ok…

Un passage absolument génial quand même. La femme dont est tombé amoureuse le héros est peut-être en danger, du coup les gentils monte un plan génial. Il faut savoir que la dulcinée est une potiche model grand format. On lui dit :
« -Gamine y a un monstre qui t’aime pas, tu vois. Alors tu va épouser le héros pour qu’il te protège, normal c’est le héros. Mais bon comme vaut mieux pas que le monstre soit au courant du mariage (le risque qu’il soit jaloux ?) Il faut faire ça en secret. Une dernière chose après
vous vous barrez en Australie occidentale, c’est plus sûr. Et bien sûr la pauvre fille accepte tout ça sans broncher.

Le méchant châtelain quant à lui est pathétique, entre essayer d’ouvrir une boite et regarder pendant des jours son cerf-volant il ressemble plus a un demeuré qu’autre chose. Au final on se demande d’ailleurs ce qu’il vient faire dans l’histoire.

C’est très mauvais a mon sens, soit je suis hermétique a Stocker soit c’est vraiment n’importe quoi. Cela dit une fois passé l’impression que Bram se fout de notre gueule ça finit par être marrant. Une autre explication est que la traduction n’est pas net, car insisté pour traduire « Doom » par « jugement » c’est suspect.

La fin est quand même monumentale de stupidité.
Spoiler:

Le monstre s’endort sur un paquet de dynamite juste après tout fait pour qu’elle explose.



Note : 2/10

Vét
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum