UNE VIERGE CHEZ LES MORTS VIVANTS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

UNE VIERGE CHEZ LES MORTS VIVANTS

Message  Lestat le Jeu 10 Mai 2007 - 23:25



Une Vierge chez les Morts Vivants
Alias Christina, Princesse de l'Erotisme
Alias Les Désirs Erotiques de Christine (car tel est le titre italien)
Alias Zombie 4 (!) : Une Vierge Chez les Morts Vivants (car tel est le titre video US).

C'est en 1973 que le prolifique Jesus Franco sort Une Vierge chez les Morts Vivants, un des fleurons de son oeuvre et film figurant parmi ceux qu'il préfère. Enfin ça c'est sur le papier, car entre le tournage et la distribution, Une Vierge chez les Morts Vivants a subit les lois du commerce, qui ont probablement préféré le côté érotique au côté poétique du père Franco. Le résultat, à la fois indéfinissable et fascinant, ressemble à ce qu'aurait pu ressembler Orphée de Cocteau, si Cocteau avait choisi de saborder son film pour en faire un boulard.


Pas de doute, c'est un film de fesse

Sombre histoire d'héritage virant à la métaphysique, Une Vierge Chez les Morts Vivants nous présente Christina, héritière d'une bicoque où vivent de curieux énergumènes. Parmi eux, un Howard Vernon halluciné et Jess Franco himself, dont l'air perpétuellement ahuri fait merveille.


Christina


Howard Vernon, visiblement sous canabis


Plus fort qu'Hitchcock : Jess Franco


André et Cirse ont découvert une planque de Beaujolais Nouveau

Mais en pénétrant dans cette maison, Christina ne se doute pas qu'elle se trouvera en prise à de troublantes visions, qui la confronteront nuit après nuit à une sorte de cauchemar érotique se mêlant peu à peu à la réalité. D'incessant va et vient qui, d'une réalité à l'autre, pousseront Christina à commêtre un jour/une nuit l'irréparable : elle brise le Grand Phallus !



Il n'en faut pas plus pour que la malédiction s'abatte sur Christina, qui se trouvera une nouvelle ennemie : La Reine des Ténèbres, mystérieuse entité semblant gêrer implicitement tout ce petit monde.

Sorte de Lisa et le Diable relevé à la sauce saphique, Une Vierge Chez Les Morts Vivants est un film très troublant, cercle infernal brassant symbolisme, mysticisme, décadence et bien sur, érotisme. Un érotisme tantot suggéré, tantôt montré clairement, autour duquel s'articule tout le récit, tout en lui offrant une conclusion innatendue, alors que Christina vient à bout de la Reine des Ténèbres d'un coup d'orgasme bien placé.









Renouant parfois avec les oripaux d'un cinéma gothique en pleine déconfiture de fraise, Une Vierge Chez Les Morts Vivants reste une oeuvre unique, par son rythme langoureux, sa réalisation déconcertante et ses fulgurances surgissant de ci de là, autant de scènes à l'emporte pièce paraissant inutiles et indispensables à la fois. Dans la carrière de Franco, c'est à ma connaissance l'un des seuls films où le filou espagnol se prend pour un auteur, même si l'on ne comprend pas bien ce qu'il a à dire. Esthétiquement, c'est parfois navrant, c'est souvent joli. Les actrices sont bien girondes. Naturelles, elles ne connaissent que peu l'épilation. Loin de ses derniers méfaits limites pornocrates, Franco les mets en valeur, dévoilant d'un habile coup de zoom leurs formes aguichantes. On pense un peu au cinéma de Tinto Brass, et à ces réalisateurs des 70's qui filmaient des trucs sans queues (quoique) ni tête dans l'espoir de leur donner un sens. Une Vierge Chez les Morts Vivants, dans sa quête infatigable de se chercher une justification dans l'histoire du cinéma -comme l'atteste un rebondissement final achevant d'obscurcir une histoire qui n'en demandait pas tant- devient le témoignage touchant d'un Franco décidant de s'interroger sur la mort, l'amour et le sexe, tout en faisant le deuil de sa dulcinée, la superbe Soledad Miranda disparue un jour funeste de 70. Christina, c'est un peu elle, quelque part. A moins qu'il ne voulait rien de plus que de mettre son actrice poilue à poil et de penser au scénario après. Allez-savoir...


_________________
- Tu lis beaucoup ?
- Ouaip, je suis à abonné à Nichons Magazine !
avatar
Lestat
Vampire alsacien
Vampire alsacien

Nombre de messages : 10876
Age : 34
Date d'inscription : 12/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE VIERGE CHEZ LES MORTS VIVANTS

Message  André le Jeu 10 Mai 2007 - 23:42

Que voilà encore une excellente critique ciné Lestat, avec comme d'habitude ce petit zest estamplillé "Copyright Le Grand Escargot" qui témoigne qu'on peut tutoyer constamment la ligne jaune sans toutefois la franchir et tomber dans la vulgarité.

Ainsi restera à tout jamais le Grand escargot : Impertinent toujours; Grossier souvent; Vulgaire jamais.
avatar
André
Melmacien
Melmacien

Nombre de messages : 18450
Age : 559
Date d'inscription : 10/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur http://le-grand-escargot.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE VIERGE CHEZ LES MORTS VIVANTS

Message  nazgul666 le Ven 11 Mai 2007 - 8:39

Ca donne envie de découvrir ce film, rien que par l'image de la fille et du Grand Phallus. Grands moments de délire en perspective! Par contre, ils sont passés où les Morts Vivants dans cette critique?

_________________
Aujourd'hui on préfère une uniforme laideur à une beauté anarchique.
The masses are asses
Rêve américain, cauchemar indien, pogo avec les loups!
Signé
avatar
nazgul666
Gentleman pervers
Gentleman pervers

Nombre de messages : 18932
Age : 39
Date d'inscription : 13/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE VIERGE CHEZ LES MORTS VIVANTS

Message  JoelRobuchon le Ven 11 Mai 2007 - 18:52

Oui, encore une très bonne critique de l'ami Lestat. Wink

André a écrit:Ainsi restera à tout jamais le Grand escargot : Impertinent toujours; Grossier souvent; Vulgaire jamais.

Ah là, vulgaire ça dépend vraiment des posts et des posteurs. clap

Nazgul666 a écrit: Par contre, ils sont passés où les Morts Vivants dans cette critique?

Attends, si ça se trouve Lestat n'a pas oublié les morts vivants. Imagine ils n'ont pas fait partie du casting. Laughing
avatar
JoelRobuchon
Ségolène Reinale
Ségolène Reinale

Nombre de messages : 6908
Date d'inscription : 12/05/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE VIERGE CHEZ LES MORTS VIVANTS

Message  André le Ven 11 Mai 2007 - 19:34

JoelRobuchon a écrit:
André a écrit:Ainsi restera à tout jamais le Grand escargot : Impertinent toujours; Grossier souvent; Vulgaire jamais.

Ah là, vulgaire ça dépend vraiment des posts et des posteurs. clap


Tu vas te prendre un coup de grand phallus dérrière la nuque si tu continue diable
avatar
André
Melmacien
Melmacien

Nombre de messages : 18450
Age : 559
Date d'inscription : 10/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur http://le-grand-escargot.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE VIERGE CHEZ LES MORTS VIVANTS

Message  Lestat le Ven 11 Mai 2007 - 19:48

Content que cette incursion francophile vous ai plu. belfé

Par contre, ils sont passés où les Morts Vivants dans cette critique?

Il faut voir le film pour avoir la réponse et Jess Franco a surement une explication subtile à cette question mais pour ma part et sans spoiler, je ne pense pas me tromper en disant qu'ils sont au même endroit que Dracula dans l'Empreinte de Dracula. escargot

_________________
- Tu lis beaucoup ?
- Ouaip, je suis à abonné à Nichons Magazine !
avatar
Lestat
Vampire alsacien
Vampire alsacien

Nombre de messages : 10876
Age : 34
Date d'inscription : 12/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: UNE VIERGE CHEZ LES MORTS VIVANTS

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum